Articles

Dice Town

Dice Town va nous faire voyager dans l’univers Western, où chacun d’entre nous peut faire fortune en moins de temps pour qu’il n’en faut pour lancer les dés. C’est parti pour un voyage dans l’ouest américain.

Pour devenir la personne la plus influente de cette contrée, nous avons plusieurs solutions, devenir le meilleur chercheur d’or de la ville, braquer la banque, obtenir des biens à l’épicerie, charmer le client par une danse de French Cancan pour lui faire les poches, devenir l’homme de loi de la bourgade, ou acheter les terres environnante… Tout ça pour obtenir le plus de points de victoire en fin de partie, afin de régner en maître.

Nous disposons pour cela chacun de cinq dés « poker », un gobelet, et une somme en dollars en début de partie.
Nous lançons tous en même temps nos dés à l’aide de nos gobelets (ils restent donc cachés de la vue mal-intentionnée des autres bandidos), nous regardons ce qu’on a, et nous gardons les dés qui nous intéressent, pour obtenir in fine la meilleure combinaison. Le joueur peut choisir de garder plus qu’un seul dé (il peut même n’en garder aucun), mais par contre il devra payer un dollar par dé en sus. Ces dollars viendront alimenter la banque. Dès qu’un des joueurs a une combinaison qui lui convient, les autres joueurs lancent une dernière fois leurs dés non gardés. Tout est dévoilé, et selon la combinaison obtenue, on se retrouve sur une zone qui permet de gagner des pépites, des cartes, des trucs… Ou si on n’a pas eu de bol avec les lancers, on va se consoler chez Doc Badluck (et c’est parfois de belles consolations!)… Et dès qu’il n’y a plus de titre de propriété ou plus de pépites, la partie est finie, on range les cartes et les colts, et on comptabilise tout ce qu’on a devant nous! C’est à dire les pépites, les dollars, les cartes d’équipement et les titres de propriété. Et si on est chérif à la fin, bonus!

C’est l’aventure selon Sergio, ça! Et on en redemande… Alors il n’y a qu’à rejouer! Le format du jeu rend les parties assez faciles à enquiller. C’est fun, drôle, frustrant parfois, bien parsemé de hasard assez gérable (comme au poker, quoi…). Le système de choix entre les possibilités selon la forme de la combinaison équilibre bien l’ensemble, bien qu’on ait au début souvent du mal à privilégier telle ou telle zone… Bref, une réussite, au final!

Los Banditos

Los Banditos est un jeu pour quand on est deux, tout simplement parce que c’est un jeu qui se joue uniquement à deux. Et je crois que c’est une bonne amorce de chronique.

Dans la boite, 24 dés de quatre couleurs différentes, Des jetons « butin » allant de un à trois points, et un sachet pour ranger les dés dedans. Matériel simple, sobre, rien de surfait, pas d’artifice, strict minimum, mais pas mauvais non plus!

Début de partie, nos bandits se positionnent face à face, autour d’une table de préférence, car on est dans le far-west de salon, et on pose les jetons faces cachées en pile . On retourne les quatre premiers que l’on dispose en ligne. Le premier joueur pioche un dé, le lance, et le pose devant le jeton de son choix. L’autre joueur pioche deux dés, les lancent, et les posent à son tour devant un ou deux jetons de son choix, de son côté à lui, et ainsi de suite. Le but du jeu est de réaliser des combinaisons de trois dés meilleures que celles de l’adversaire, pour gagner le butin. Par exemple, si moi devant un jeton j’ai mis trois dés qui forment un brelan couleur, et que l’autre type, là, en face, n’a fait qu’une pauvre paire et même pas couleur, et ben c’est moi qui empoche le jeton, on remet les six dés dans le sachet et on retourne un nouveau jeton pour remplacer celui que j’ai gagné, parce que je suis trop fort, décidément.

Un très bon jeu à deux, très addictif, basé sur les combinaisons de poker avec des dés. Il tourne très bien et génère une bonne tension (« mais je vais faire un six bleu, oui? »). Un bon Knizia, mais quand même loin d’être dans ses meilleures créations!

Wanted

Dans l’ouest lointain, Clint n’est pas loin, on entend un peu Ennio au loin, et on se sent comme mis en scène par Sergio… Bon, ok, vous avez compris, Wanted est un jeu de cartes qui nous plonge en plein western.

Tout d’abord, on distribue les cartes qui déterminent quel personnage on est, et du coup quel est notre but : le shérif doit éliminer tous les hors-la-loi et le renégat afin de protéger l’ordre et la loi ; les adjoints aident et protègent le shérif (même au coût de leur vie !) et partagent son objectif ; les hors-la-loi doivent se débarrasser du shérif, mais n’ont aucun scrupule à s’entretuer pour gagner du butin ; le renégat veut devenir le nouveau shérif, pour cela il doit rester le dernier personnage en jeu. Personne ne sait qui vous êtes, sauf si vous êtes le shérif, qui lui est connu de tous ! Ensuite, on vous distribue une carte qui détermine le nom de votre personnage: Burt Cassidy, Kit Carlson, Slab le Flingueur… Chacun possède une particularité.

Ensuite on joue à tour de rôle, et là ça se dégomme à tout-va à coups de cartes « bang » ! A moins que le pèlerin visé ne sorte une carte « raté » ! On commence la partie avec un Colt 45, qui ne permet de dégommer que ses voisins directs (à une portée de « 1 »), mais on peut obtenir différentes armes, comme la volcanic (qui permet de tirer plusieurs coups en un seul tour), ou bien s’éloigner ou se rapprocher de ses adversaires.

De plus, des tas de cartes spéciales pimentent la partie : le duel, le magasin (qui permet à tout le monde de choisir une carte), le convoi (qui permet de piocher deux cartes en plus)…

Bref, ça tire dans tous les sens, et si on ne boit pas assez de bières pour se guérir, on finit par mourir ! Un jeu génial, assurément ! Générateur d’ambiance ! Très peu de défauts. Il faut absolument être 7 à jouer, car en dessous, l’intérêt est très nettement moindre.

Le plus dur est de se rappeler la signification de toutes les cartes durant les premières parties, bien qu’une carte « mémory » soit distribuée à chaque joueur, répertoriant les différents effets.
Autre très gros bon point : il existe plusieurs extensions à ce jeu, avec de nouvelles armes, de nouveaux persos… L’une d’entre elles permet également de ne jouer qu’à trois.