Caramba

A l’origine il s’agissait d’un jeu au caramel avec des blagues de très haute qualité humoristique à l’intérieur du papier. Puis finalement, après avoir changé d’R, l’auteur du jeu l’a rebaptisé Caramba et a situé l’action au Far-West, et d’autres en ont fait un vrai bonbon au caramel qui a connu un certain succès… Vous ne me croyez pas? OK, vous avez raison.

Revenons au vif du sujet, Caramba, qui est avant tout une boite au format classique des petits jeux Tilsit, et à l’illustration qui annonce que ça va chauffer, que diable!

Dans la boite, plein de choses: des cartes, un petit sac noir et des petites caisses en bois. Un tas de cartes par joueur (bandidos, gringos, indios ou soldados, choisissez votre camps). Sur chacune de ces cartes, une ou deux valeurs, allant de deux à sept, et d’une des trois couleurs. Chacune de ces couleurs correspond soit à l’or (jaune), aux munitions (vert) ou à la dynamite (rouge, parce qu’on aurait pu penser que la dynamite était une munition, mais pas vraiment non plus, hein, et elle fait à priori couler plus de sang rouge…). Les caisses sont elles-mêmes réparties en rouges, jaunes et vertes, et chacune d’entre elles possède une valeur plus ou moins importante.

On met toutes les caisses dans le sac noir, chaque joueur a son tas de cartes retournées, en pioche pour former sa première main, et on sort des caisses du sac, une à une, jusqu’à ce que les trois couleurs soient représentées. Après quoi les enchères commencent. On pose chacun notre tour nos cartes pour enchérir et surenchérir sur les caisses qui nous intéressent, et surtout selon les cartes qu’on possède en main. Une fois les enchères finies, chacun récupère son gain, défausse les cartes qui ont permis de remporter une mise, pioche de nouvelles cartes, et met en lieu sur une seule de ses caisses! Oui, car aux tours suivants, on peut se faire délester des caisses gagnées mais pas mises en lieu sur… Dure dure, la vie de cow-boy… Pour pimenter le tout, chaque joueur a une carte spéciale qui lui donne un pouvoir particulier.

A la fin de la partie, celui qui a la somme des valeurs des caisses en lieu sur la plus importante l’emporte et peut sortir la boite de Wanted et un vrai carambar, bien entendu, pour rester dans l’ambiance!

Un très bon jeu, simple, qui mêle plusieurs mécanismes (bluff, enchères, anticipation…), et qui génère une dose de tension et se suspense absooooolument… Fun!

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>