Coeur De Dragon

OK, la boite peut freiner les allergiques à l’heroïc fantasy, aux dragons, nains, orcs et autres bestioles tirées d’un imaginaire au public très ciblé… Mais n’a-t-on pas un plaisir d’autant plus grand quand une bonne surprise surgit d’un endroit d’où justement un mauvais à priori a failli nous éloigner?… Assurément, si, et pour preuve, derrière cet obscur dragon présent sur la boite de Cœur De Dragon, se cache un objet ludique qui répond à de très nombreuses qualités qui font qu’un jeu est bon! Et la meilleure – ou bien la pire, finalement – de ces qualités, puisqu’elle peut être le reflet du plaisir que procure un jeu, n’est-ce pas l’addictivité? Car ce dragon-là est addictif! Cette intro en forme de conclusion vous entrainera à lire la suite, nous l’espérons!

Donc, tout d’abord, c’est un jeu pour deux joueurs, dans cette gamme que Filosofia développe et qui compte déjà quelques pépites comme Les Cités Perdues ou Kahuna. Ce nouvel opus complète à merveille cette série.

Dans la boite, un plateau de jeu, deux sets de cartes identiques (un pour chacun des joueurs) et une figurine en forme de dragon, que l’on appellera donc une dragonine.

Chaque joueur prend son tas de cartes, les mélange bien et les pose faces cachées devant lui. Il prend les cinq premières cartes en mains. Sur les cartes on voit des dragons, des orcs, des chasseurs de dragon, qui figurent également sur le plateau de jeu. A chaque tour de jeu, on pose une ou plusieurs cartes du même type sur l’emplacement adéquat du plateau et on applique les effets s’il y en a. C’est à dire, par exemple, que dès que la troisième carte « chasseur de dragon » est posée, on gagne toutes les cartes « dragon » du plateau; dès que la quatrième carte « nains » est posée, on gagne les quatre cartes; dès qu’une carte « dragon volant » est posée, on gagne toutes les cartes « trésor »… Et ainsi de suite. Des flèches sur le plateau symbolisent très clairement lesdits effets et obligent à comprendre très aisément la règle dès la première partie. Dès que trois fois trois cartes « bateaux » ont été posées, ou bien qu’une des deux pioches est épuisée, la partie se termine. On compte alors les points qui figurent sur chacune des cartes empochées en cours de partie (car ça n’a pas encore été signalé, mais les cartes ont des valeurs de un à cinq). Et la dragonine dans tout ça? Et bien dès qu’un joueur gagne la dragonine (grâce à un des effets susmentionnés), il peut avoir dans sa main six cartes au lieu de cinq. Mais l’adversaire peut, s’il le peut (forcément, hein) récupérer la dragonine pour avoir à son tour l’avantage!

Bref, un jeu super bien dosé, et très très fluide. Les parties s’enquillent vraiment vite et on a toujours soif de recommencer, d’où le caractère addictif exposé en intro… On oublie vite les dragons et les orcs et toutes ces babarotes pour poser et gagner des cartes. Et au fil des – dizaines de – parties, on se rend compte que le hasard du tirage des cartes est loin d’être le maître du jeu et on construit au final des stratégies, on prend des risques (car parfois on blinde de cartes une zone en se disant qu’on les gagnera au prochain tour, mais vlan, vlatipa que l’adversaire avait lui aussi dans sa main de quoi gagner le pli!), et dans tous les cas on s’amuse!

Un must du jeu à deux!

0 réponses
  1. annie
    annie says:

    super jeu, si l’on commence, on ne peut plus s’arreter, il me convient parfaitement!

  2. Florent T.
    Florent T. says:

    Parfaitement, la dragonine, même que j’ai trouvé ça très joli en l’inventant! Même que Filosofia devrait modifier le nom du jeu et l’appeler « Coeur De Dragonine »!

  3. nat
    nat says:

    pour ma part je n’ai pas encore testé malgré mon net penchant pour l’héroic fantasy mais entre la chronique, la découverte des dragonines et l’entrée directement en seconde place ds le classement des jeux de printemps, il me tarde de combler cette lacune !

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>