Cyclades

Cyclades plonge les joueurs à l’époque de la Grèce antique et les place chacun à la tête d’un peuple dont le but est de dominer les iles afin d’affirmer sa suprématie.

Au premier abord, Cyclades peut faire peur avec son énorme boite et la présence de nombreuses figurines dans celle-ci. On se dit que l’on a à faire à un gros jeu, dont les règles vont être très complexes et où les parties vont durer 3 heures. En réalité, il n’en est rien, bien au contraire. Les parties ne durent pas plus d’1h30, ce qui reste raisonnable. Quant aux règles, elles s’apprennent très vite grâce au livret de règles très explicite, détaillé et parfaitement illustré. De plus, une annexe aux règles, des symboles sur les cartes et un récapitulatif des règles figurant au verso des paravents utilisés par les joueurs permettent d’avoir toujours sous la main une réponse aux éventuelles questions qui pourraient survenir. Mais cela n’est utile que lors des premières parties, voire que de la première partie, car les règles sont facilement assimilables et les tours de jeu s’enchainent de façon logique et intuitive.

Pour remporter la partie, l’objectif des joueurs est d’être le premier à posséder 2 métropoles. Mais avant de pouvoir en construite une, il faut d’abord posséder 4 bâtiments différents : le temple, la forteresse, le port et l’université. Et pour construire l’un de ces bâtiments, il faudra d’abord avoir eu la faveur du dieu  correspondant (Arès pour la forteresse, Poséidon pour le port, etc…).
Pour posséder tous ces bâtiments, les joueurs peuvent retrousser leurs manches et choisir de les bâtir, ou lever des armées et lancer un assaut sur une ile adverse afin d’en prendre possession.

Quelle que soit la stratégie adoptée, construction ou annihilation, les joueurs devront avant tout obtenir la faveur des dieux lors de phases d’enchères. En fonction du dieu lui accordant ses bienfaits, le joueur pourra fabriquer un certain type de bâtiment, déplacer un certain type de troupes et avoir certains bonus. Toute la stratégie réside donc dans le fait de réussir à obtenir la faveur de tous les dieux au cours de la partie afin de bâtir les bons bâtiments ou de lever les bonnes troupes avant de partir à l’assaut d’un adversaire. Aux dieux s’ajoutent en plus des créatures mythiques tels que le Minotaure, le kraken et bien d’autres qui s’achètent à l’aide des pièces d’or et qui peuvent vous apporter un bonus défensif ou vous permettre de terrasser un adversaire.

Chaque tour de jeu se compose donc de plusieurs phases : apparition des créatures qui seront « achetables », mise en place des dieux, récoltes des pièces d’or en fonction des territoires dirigés, construction et mouvement d’armées. Malgré le nombre de phases, qui se répètent inlassablement de tour en tour, le jeu est parfaitement fluide et le rythme est soutenu.

Cyclades est un très bon jeu qui a des règles très simples mais qui propose tout de même un challenge relevé car les possibilités qui s’offrent aux joueurs sont variées mais des erreurs tactiques peuvent couter très chères. Il faut donc réfléchir  avant d’agir.
De plus, le matériel est de très bonne facture avec une multitude de figurines forte agréables à manipuler et qui offrent un réel plaisir visuel. Si on ajoute à ce détail déjà appréciable le nombre de jetons, de cartes, laeplateau modulable en fonction du nombre de joueurs, les aides de jeu et la règle très bien rédigée et illustrée, on peut facilement en conclure que l’on est là face à un jeu de très bonne facture et qui donne envie de jouer. On en viendrait presque à applaudir Matagot pour les remercier de la qualité du travail qu’ils ont fourni.

4 réponses
  1. Redj
    Redj says:

    Pour information, Le jeu est de nouveau disponible sur les étals de vos magasins ludique préférés .

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>