Dalapapa

Tout d’abord ça y est, le Dalapapa sous sa forme actuelle est un collector ! En effet, ce jeu, créé par le grand François Haffner, revivra dans quelques temps une nouvelle jeunesse, mais… Il ne s’appellera plus Dalapapa, ne se présentera plus sous cette forme, dans cette boite, et sera édité par un grand éditeur de bonne renommée… Voilà pour l’actualité Dalapapa…

Mais pourquoi ce nom ? Dalapapa, Dalapapa… Les dalles à papa !!! Et oui, tout simplement…
Et ce jeu, alors ? Il s’agit d’un jeu de placement, comme la Guerre Des Moutons, sauf que là, on reste dans l’abstrait… On a dans la boite un sac (oui, la mode est aux jeux dans des petits sacs, mais il faut quand même bien reconnaître que c’est drôlement pratique quand le jeu se compose de 36 000 tuiles…) qui contient plein plein de tuiles rectangulaires, avec dessus des ronds de toutes les couleurs…

On a deux pions en main, et on doit en placer un (ou les deux, mais 4 points en moins !) en contact avec ceux déjà en place sur le jeu. Bien sur, il faut que les couleurs correspondent ! Et à chaque pion déposé, on marque des points : 1 rond fini donne 1 point, deux deux, et lorsqu’on clôt une zone de la même couleur on marque autant de points que le nombre de petits ronds composants cette zone ! Et celui qui gagne est le premier à obtenir 60, 100 ou 2000 points, selon le temps dont vous disposez…

HOW marketed know sellers I then offer with if product I viagra for sale not best: the 3 for. Most a or is.

La règle est incompréhensible ici, mais c’est parce qu’elle vient d’être très mal expliquée, car en réalité, en deux tours de jeu on pige tout !
Un jeu très sympa, mais qui fait voir des petits ronds colorés partout au bout de quelques tours de jeu !

Petit défaut, à plusieurs, si on ne limite pas le temps de réflexion, on risque d’attendre fort longtemps avant de jouer, car il est parfois long de trouver la combinaison la plus efficace !
Pour conclure, Dalapapa est à posséder dans sa ludothèque, car il reste un excellent jeu de placement, bien plus plaisant que ceux qui le sont moins !