Dungeon Lords

Quand des aventuriers pénètrent dans un donjon afin d’en exterminer les monstres et en piller les richesses, ils n’imaginent sans doute pas le temps qu’il a fallu au maître des lieux pour ériger ce domaine souterrain. S’ils avaient conscience du travail colossal que représente la construction du donjon digne de ce nom, peut-être se montreraient-ils plus respectueux. Ou pas.

Dans Dungeon Lords, les joueurs incarnent donc des seigneurs du mal ayant entrepris de bâtir le meilleur donjon de la région. Chaque joueur agit dans son coin, mais il devra surveiller de près ses concurrents, dont les actions auront un impact sur ses propres décisions.

Une partie de Dungeon Lords se déroule en deux années, chacune découpée en quatre saisons. Au cours de chaque saison, les joueurs ont l’occasion de construire des tunnels et des salles, d’engager des diablotins ouvriers, d’acheter des monstres et des pièges pour peupler leur domaine ou encore de travailler à leur réputation. Deux particularités marquent cette phase de commerce et de construction : tout d’abord, les joueurs n’ont droit qu’à trois actions parmi les huit disponibles, et deux de ces actions deviendront inaccessibles pendant la saison suivante. Ensuite, les actions sont résolues dans un ordre précis, et le prix à payer dépend de la place que le joueur occupe dans la « file d’attente ».

Ainsi par exemple, le premier joueur à aller au village pour remplir son garde-manger devra payer de l’or pour acheter de la nourriture. Lorsque le second joueur arrive, les villageois n’ont plus rien à vendre, mais en leur tapant dessus (et en gagnant un point de méchanceté), ce joueur pourra leur extorquer ce qu’ils gardaient pour leur consommation personnelle. Enfin, le troisième joueur n’aura quant à lui pas d’autre choix  que de raser le village pour obtenir ce qu’il souhaite : cela fera monter en flèche son score de méchanceté, mais il récupèrera non seulement la nourriture convoitée, mais aussi les économies des villageois.

À la fin de chaque saison, des aventuriers viennent se poster à l’entrée des différents donjons, les plus puissants se dirigeant toujours vers le domaine du joueur le plus méchant. La phase de combat prend place à la fin de chaque année : les aventuriers pénètrent alors dans les donjons pour en conquérir couloirs et salles, et les joueurs doivent déchaîner leurs monstres et leurs pièges afin de freiner leur progression. Des cartes de combat révélées au dernier moment viennent pimenter les affrontements en conférant aux aventuriers divers pouvoirs magiques.

Et comme si cela ne suffisait pas, un paladin bardé de pouvoirs veille au grain et se précipitera dans le donjon du premier seigneur à dépasser un certain seuil de méchanceté.

En fin de partie, on détermine le vainqueur selon divers facteurs : le nombre de salles non conquises qu’il possède, le nombre d’aventuriers qu’il a fait prisonniers, mais aussi – et surtout – les différents titres qu’il a obtenus : celui du joueur le plus méchant, le plus riche, celui qui possède le plus de monstres… Des pénalités peuvent également réduire le score d’un joueur en fonction du nombre de salles de son donjon que les aventuriers ont conquises, et des dettes qu’il a contractées.

En conclusion, Dungeon Lords est un jeu de gestion aux règles assez classiques, mais doté d’un matériel de jeu particulièrement agréable et abondant (mention spéciale aux mignonnes petites figurines de diablotins) et d’un humour omniprésent aussi bien dans le texte des règles que dans les mécanismes de jeu.

2 réponses
  1. Guilhem
    Guilhem says:

    Dungeon Lords fait partie de ces jeux dont on ne peut vraiment appréhender tous les rouages qu’après plusieurs parties. Les possibilités tactiques sont très nombreuses, et il existe plusieurs façons de gagner. Lors des premières parties, on regrette parfois le manque d’interaction entre les joueurs, mais c’est une fausse idée. Pour pouvoir gérer au mieux la construction de son donjon, un joueur devra bien étudier ce que font ses concurrents, et notamment essayer de deviner quelles ressources ils vont essayer d’acquérir à chaque saison.

    Autre point important : comme les aventuriers arrivent dans les donjons dans un ordre précis (l’échelle de Méchanceté des joueurs), il est particulièrement intéressant d’essayer de jongler avec cette échelle afin d’attirer les aventuriers qu’on aura le plus de chances de ralentir : on aura par exemple tout intérêt à ne pas attirer de voleur si on axe la défense de son donjon sur un nombre de pièges importants, les voleurs ayant la capacité de les neutraliser.

    Toutes ces variables font de Dungeon Lords un jeu avec une espérance de vie plutôt bonne, mais à réserver aux tacticiens chevronnés, les joueurs occasionnels se retrouvant rapidement submergés par le nombre de facteurs à prendre en compte à chaque action.

    Cela dit, les ados à qui j’ai fait essayer le jeu ont adoré… et moi aussi.

    Ma note perso : 4/5

  2. Tony
    Tony says:

    Ce jeu est tout simplement énorme larbin, argent, donjon… tout pour devenir « the lord of donjon » ^^ jeu de stratégie avant tout et de réflexion .Et surtout pour jouer n’oubliez pas la bonne humeur!!!

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>