Linq

Présenté par une presse ludique spécialisée comme une alternative à l’excellent Dixit, ou du moins comme le jeu qui plaira à ses adeptes, Linq promettait d’être plein de qualités et donnait très envie de jouer une première partie!

La boite, orange et noire, contient deux tas de cartes identiques. Parmi celles-ci, des cartes « espion » et quelques cartes « contre-espion ». Sur les cartes « espion », dix numéros, et à côté de chacun de ces numéros est inscrit un mot. Sur les cartes « contre-espion », rien n’est inscrit en face de chaque numéro. La boite contient aussi des jetons noirs et oranges représentant les points à attribuer aux vainqueurs.

Au début de la partie, on prend deux cartes « espion » de chaque tas (donc deux cartes identiques), et des cartes « contre-espion » selon le nombre de joueurs, pour que chacun ait une carte. On mélange tout ça, et on distribue à chaque joueur une carte face cachée. Il y a donc parmi tout ce petit monde deux espions et les autres sont des contre-espions. But du jeu: chaque espion doit découvrir qui est son homologue, et les contre-espions doivent découvrir qui sont les espions. Comment? Et bien le premier joueur choisit un numéro et dit un premier mot (en rapport avec celui inscrit pour les espions et inventé pour les contre-espions). Le joueur a sa gauche dit à son tour un mot, et ainsi de suite… Et on fait un deuxième tour de table où chacun dit un deuxième mot. On lève tous les bras au ciel pour implorer le dieu du contre-espionnage de nous aider dans cette quête aux indices à découvrir qui sont les espions, et on montre avec nos deux mains qui on pense être les espions. Les espions, eux, se montrent eux-mêmes et avec l’autre bras leur pote espion. Ensuite vient la phase où l’on attribue les points avec un système de comptage tchéchoslovaco-bosniaque, dont nous tairons ici les détails, car c’est un passage assez douloureux qui plombe la fluidité du jeu.

Au final, c’est assez fun de rechercher qui est qui en fonction des indices donnés, et des pistes brouillées. On a un peu de mal à rentrer pleinement dans le jeu, et c’est assez dommage. Et cette difficulté est agravée par la méthode d’atribution des points, assez rude les premières parties où l’on doit systématiquement avoir un oeil sur la règle pour savoir qui a quels points… Globalement, pour conclure, un bon jeu d’apéro, qui créée une bonne intéraction entre les joueurs et invite à faire preuve d’imgination!

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>