La Loi De La Savane

Prêts à plonger dans l’univers sans pitié des dauphins? Non? Bon, alors vous trouverez peut-être ce qu’il vous faut car il s’agit de l’univers, sans pitié non plus, de la savane.

Le boite est assez belle, mais sans plus. Assez grande, aux couleurs très chaleureuses. Ça sent le jeu de rayonnages de grande distribution… Dans la boite, un plateau de jeu de huit cases sur cinq, et plein de pions qui ont la forme d’animaux de la savane. Ils sont de deux couleurs. Des clairs et des foncés (une couleur par joueur). Et on se rend vite compte d’un bémol: la distinction entre les deux couleurs n’est pas toujours évidente. Ça ne reste pas très grave, car le sens de marche des animaux permet de savoir à qui ils sont. Deuxième bémol concernant ces pions: ils ne tiennent pas tous toujours bien debout. Point fort: c’est drôlement chouette et agréable de jouer aux presque-échecs avec des petits animaux comme ça, même s’ils fleurent un peu le made-in-China!

En début de partie, chacun des deux joueurs dispose ses pions sur ses cases de façon bien précise, et c’est parti! On joue à tour de rôle, et chacun déplace l’animal ou les animaux de son choix. Le but du jeu est d’amener ses végétariens sur la dernière ligne des adversaires! Attention, c’est la savane, et ça craint! Il y a des bestioles moins gentilles que les girafes qui rodent! Il faut anticiper les éventuels déplacements adverses qui peuvent manger nos végétariens avec leurs carnivores. Et ce n’est pas encore aussi simple, car par exemple un zèbre, un gnou ou une antilope sont mangés par deux chacals, un guépard ou un lion, alors qu’un éléphant, un rhinocéros ou une girafe, qui sont déjà des végétariens assez costauds, ne peuvent être mangés que par deux lions! Et cette complexité rend une partie passionnante. On se croirait réellement dans une version tarzanique des échecs! Et on est triste quand une pauvre girafe se fait manger… Sauf si c’est nos lions qui la mangent!

Bilan: un jeu qui peut pécher au premier abord par le matériel et la difficulté qu’on peut avoir à plonger dedans (il faut se souvenir qui mange qui, qui se déplace comment…), mais cette difficulté s’avère être une des plus grandes qualités du jeu après coup, car elle cachait un mécanisme très recherché et enthousiasmant. Assurément les « grands » prendront plus de plaisir à jouer, malgré l’apparence du jeu qui peut faire penser qu’il s’adresse aux enfants particulièrement.

Et ne manquez le site internet du jeu très bien fait et agréable, qui présente en plus une partie éducative pour les enfants, qui apprendront que la gestation d’une éléphante est la plus longue de tous les animaux terrestres, et dure de 20 à 22 mois, ou encore que les zèbres sont des espèces de la famille du cheval habitant l’Afrique Centrale et Australe. Et plein d’autres choses, que les adultes ne savent pas non plus forcément…

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>