Robin Des Bois

Robin des Bois, vous le connaissez tous, ce hors-la-loi un peu fleur bleu qui vivait caché dans la forêt de Sherwood. Défenseur de la veuve, de l’orphelin et des petits agneaux parce que c’est mignon, ce braconnier des grands chemins s’est entouré de toute une ribambelle de grands coeurs pour voler l’argent des méchants riches pour le donner aux gentils pauvres. En gros c’est ça la légende, mais nous la savons tous et dans tous les sens!

C’est aussi un jeu, édité par Tilsit. C’est du genre de ce qui se classe dans les « gros jeux », avec un plateau de jeu, plein de cartes différentes, des figurines, et des règles qui prennent plus de trente minutes à lire.

La boite, et même son contenu, au premier abord, donnent envie de jouer. On se répartit chacun qui est qui, on récupère chacun nos figurines, nos cartes, et let’s go! Le plateau de jeu représente la forêt de Sherwood, avec plein de villages, et au centre, bien entendu, Nottingham. On tire trois cartes « mission » et chacun des joueurs détermine en cachette les guignols qui vont aller en embuscade pour accomplir (ou non) la mission. Chacun de ces aventuriers possède des capacités différentes, à savoir qu’ils sont plus ou moins forts, adroits, rusés et discrets. Dès que tout le monde a choisi ses mercenaires, on les dévoile, et on additionne les valeurs de chacun dans chacun des domaines (force, adresse, ruse et discrétion, pas besoin d’être une bête en physiologie humaine ou en développement marketing). Chacun place sa figurine devant les missions qu’il remporte, et remporte ainsi la mission qu’il remporte, sauf si il y en a deux qui remportent la mission qu’ils ont remporté, alors personne ne la remporte. Et les moins discrets se font péchos par le vil shérif de Nottingham et iront en prison. Le gain pour chaque mission est un village, ou le droit de tirer des cartes « butin ». A la fin de la partie, on décompte les points d’après une méthode serbo-croate, et le vainqueur est celui qui a gagné!

Bilan: la partie dure trop longtemps et ne coule pas suffisamment. On a du mal à être pris dans le jeu tant le déroulement des tours de jeu manque de fluidité. C’est dommage car le thème aurait pu être l’occasion de réaliser un bon jeu, mais avec des règles un tantinet moins capillo-tractées, mention spéciale pour le décompte des points, à la fin, où là il est préférable d’avoir autour de la table un comptable ou un type qui est en prépa spé maths! Dommage, c’est rare d’être déçu par Tilsit!

0 réponses
  1. Anaïs
    Anaïs says:

    Déçu c’est un peu dur!!! Effectivement les règles sont le gros point négatif de ce jeu mais il me semble qu’avec un peu plus de parties, le jeu deviendra plus interressant!!! Nous avons déjà rencontré des jeux qui nous parraissaient très compliqués mais avec un peu d’entraînement sont pleins de stratégie, et assez funs!!! Le point positif c’est le fait que le jeu ne soit pas aussi infantin que la légende!!! Je mettrais tout de même un bon point positif au graphisme!

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>